Dorothy Anne Phillips


Dorothy Anne Phillips

Volets « Communauté »

Résidente d’Ottawa depuis 44 ans, Dorothy Anne Phillips (BA, BScN, Saskatchewan ; MA, PhD, Alberta) a beaucoup contribué à la vie de la capitale..

De 1975 à 1996, Dorothy Phillips est d’abord membre puis responsable d’un groupe de scientifiques au Centre de recherche sur la communication du gouvernement canadien. Leur projet porte sur les comportements humains liés à l’utilisation des nouvelles technologies de communication suite au développement d’Internet. Elle écrit de nombreux articles sur la manière dont les gens utilisent ces technologies, en fonction de leurs capacités visuelles et auditives, de leurs facultés cognitives et de leurs intérêts sociaux. Ses écrits permettent aux scientifiques de concevoir de nouvelles technologies destinées au grand public et à aider ce dernier à comprendre les nouvelles formes de communication. En plus de ses propres publications, elle révise et corrige les articles publiés par le groupe. Ce poste lui donne également de nombreuses occasions de participer à des conférences et de faire part de ces recherches dans des revues à travers le monde.

Une fois à la retraite, elle se met à écrire des essais sur des thématiques diverses et finit par se passionner pour l’histoire. Cet intérêt s’exprime pleinement à travers la publication de son ouvrage Victor and Evie : British Aristocrats in Wartime Rideau Hall (McGill-Queen’s UP : 2017), qui retrace la vie du 11ème gouverneur général du Canada, le duc de Devonshire, et de son épouse (une des filles du cinquième gouverneur général, Lord Lansdowne). Ce livre très bien documenté et fascinant reçoit de nombreuses critiques positives. Il a d’ailleurs été nominé par la suite pour le Prix du livre d’Ottawa en 2018. Son histoire se déroule principalement dans la capitale. À une époque tumultueuse, le duc de Devonshire est gouverneur général et se retrouve plongé dans la Première Guerre mondiale, les conflits de conscription, l’explosion de Halifax et la grève de Winnipeg, pour ne citer que quelques évènements. Le livre connaît un tel succès que Dorothy Phillips fait actuellement des recherches sur un autre gouverneur général, Lord Lansdowne, et espère que celles-ci aboutiront à la parution d’un second ouvrage.

Mme Phillips est aussi connue à Ottawa pour son travail bénévole. Elle collabore à la rédaction du Glebe Report et y publie régulièrement des articles (glebereport.ca). Elle apporte également sa contribution à la Glebe St. James United Church, où elle fait partie de certains comités et participe à l’organisation de marchés, de ventes de charité, etc. Elle a récemment démissionné du conseil d’administration de la Société historique d’Ottawa, mais elle continue à participer activement aux activités et à faire des interventions.

Dorothy Phillips est également connue pour son travail avec la Fédération Canadienne des Femmes Diplômées des Universités (FCFDU). Elle a été présidente de la FCFDU d’Ottawa en 1995-1996, et elle a soutenu le club pendant plus de 40 ans. En tant que membre éminent, elle y a démontré ses qualités de visionnaire et de leader tant au niveau local qu’international. Elle a présidé le comité d’organisation local d’Ottawa de la conférence triennale de la Fédération (aujourd’hui appelée Graduate Women International) qui s’est déroulée à Ottawa en 2001. Elle a été co-auteure d’une décision politique nationale sur la réduction du sodium alimentaire en 2013. Au sein de la section FCFDU-Ottawa, elle est actuellement co-animatrice d’un groupe d’intérêt appelé The Writers’ Workshop.  L’un des principaux produits de cet atelier est la pièce de théâtre “The Famous Five : Reformers and Rebels” qu’elle a écrite avec George Shirref.  Elle a créé et organisé pendant trois ans un autre groupe d’intérêt appelé Focus on Graduate Women International (GWI), dont les membres étudient les différents programmes et les méthodes de promotion de GWI. Au printemps 2019, le groupe, avec ses partenaires de l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC), a organisé avec grand succès un séminaire intitulé : “L’autonomisation par l’éducation” : A Global Agenda for Women and Girls, pour lequel le groupe a reçu un prix lors de la conférence nationale de la FCFDU en août, à l’occasion de la réunion pour son centenaire à Winnipeg. Lors de cette même conférence, en reconnaissance du travail accompli tout au long de ces années, Dorothy a été nommée “femme remarquable” par la FCFDU nationale.

 

Traduction fournie grâce à Adrien-Alexandre Allin